Nordmag , votre magazine région Nord 

=> Nouveau site


 

 


LOUVRE  -  LENS

 

Le Louvre Lens, sera construit par des Japonais !
Lundi 26 septembre : La commission permanente du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais a choisi le cabinet Sanaa (Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa) de Tokyo pour réaliser la future annexe du musée du Louvre à Lens...

Le cabinet Sanaa (Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa) de Tokyo a conçu le musée d'art contemporain de Kanazawa (Japon) et mène le projet pour l'Institut d'art moderne de Valence (Espagne).

Son projet lensois prévoit un ensemble de bâtiments aux toits terrasses de verre et aux façades miroirs d'aluminium  , situé au coeur d'un grand parc. Une salle de spectacle, la Scène, s'intégrera dans le site et pourra accueillir 350 places assises. La construction d'un restaurant est prévue.
Les travaux devraient être achevés fin 2008 et l'ouverture est prévue début 2009...

Vidéo du projet sur le Site du Conseil Régional : http://www.nordpasdecalais.fr/2005/louvrelens/intro.htm#

Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, se félicite du choix par le Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais agissant comme maître d’ouvrage, du cabinet japonais Sanaa, pour la réalisation de l’antenne du musée du Louvre à Lens.
   Cette architecture innovante, singulière et immatérielle permettra une mise en valeur exceptionnelle des chefs d’oeuvre du musée national. 
   Ce projet concilie les exigences très complexes du programme muséographique avec le respect du site minier et de son paysage environnant.
   Le ministre tient à rendre hommage aux 120 équipes d’architectes qui ont répondu à cette consultation internationale.
Renaud Donnedieu de Vabres rappelle que le choix de Lens pour accueillir cette antenne du Louvre est un formidable symbole de décentralisation, d’élargissement des publics et de développement de nos territoires par la culture.
http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/index.htm


 

Antenne du Louvre : ce sera Lens ! 

Plusieurs communes du Pas-de-Calais étaient candidates à l’accueil de l’antenne du Louvre. C’était notre force mais aussi un vibrant témoignage adressé au gouvernement de l’intérêt de notre département pour l’accueil de cet équipement prestigieux, traduisant les espoirs en l’avenir de toute une région.

Je me réjouis que Lens soit retenue. C’est d’abord un symbole de l’excellence culturelle nationale et internationale pour notre département ; au-delà, c’est aussi le symbole de la conversion d’une région qui aspire à écrire une nouvelle page de son histoire et de son vécu économique et social.

J’ai pu mesurer depuis plusieurs mois la remarquable détermination à aboutir de Guy Delcourt, maire de Lens et Vice-président du Conseil général. Elle a été appuyée par celle non moins remarquable du président de Région Daniel Percheron. 

Au-delà de Lens et de sa région, c’est le Pas-de-Calais tout entier qui doit s’honorer de cette future implantation et en faire un élément majeur de son image.

Communiqué de Dominique Dupilet, président du Conseil général du Pas-de-Calais sur l’implantation de l’antenne du Louvre à Lens.
Arras, le 29 novembre 2004

 

 Le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres a finalement choisi Lens pour accueillir le « Louvre Bis » dans quatre ans. Après Lille 2004, c’est au tour de Lens 2008 ! Cet événement est la suite logique de « Lille, capitale européenne de la Culture ».

La grande antenne du Louvre baptisée Louvre II se fera sur le carreau de la fosse 9 à proximité de Bollaert, présentera 500 à 600 oeuvres sorties des réserves, accueillera & mettra en place des expositions temporaires, un atelier pédagogique et une galerie expérimentale.

Le cahier des charges est explicite quant à la monumentalité du projet : 
- Le " Louvre II " s’inscrit dans une double logique de délocalisation des oeuvres d’art ( le musée parisien n’étant pas à même de présenter toutes ses collections ) et de rayonnement culturel dans la région : il est réservé un espace de 7 ha minimum, 22 000 m², avec un investissement de base estimé à 105 M€, celui de fonctionnement entre 10 millions et 12 millions d’euros par an.
- Un bâtiment neuf verra le jour concentré autour d’ un acte architectural fort dans un environnement privilégié et emblématique.
- Le projet s’inscrit dans l’enracinement de valeurs propres à notre région ( durabilité – travail )
- L’ antenne aura un rayonnement international. Lens aura tout à faire pour construire de nouvelles structures d’accueil d’un public très nombreux et exigeant à fort pouvoir d’achat ( hôtellerie – restauration – centres commerciaux … ). Il ne s’agira pas de décevoir mais de s’engager dans le tourisme du XXIème siècle.
Éditorial du Président - directeur du musée du Louvre (janvier 2005) 

En ce début d'année 2005, le Louvre prend une dimension nouvelle avec l'annonce faite par le Premier ministre du choix de la ville de Lens dans la région Nord / Pas-de-Calais, pour la création d'une antenne du Louvre en région. C'est une décision historique par sa portée et son contenu qui rejoint la création par André Malraux des premières maisons de la culture dont la toute première avait été ouverte à Béthune en 1960. Le choix du site de Lens constitue une opportunité de redéfinir la place de la culture, facteur de développement et de fierté, dans un territoire fortement marqué par la crise industrielle et sociale. 

L'installation du Louvre à Lens s'appuie sur le volontariat des collectivités qui se sont portées candidates et qui assureront le financement de l'antenne tant en investissement qu'en fonctionnement. Le Louvre apporte à ce projet son ingénierie scientifique et culturelle, son patrimoine artistique, sa capacité d'exposition et son savoir-faire en matière de politique 
des publics. L'antenne présentera de six cents à sept cents œuvres de première importance, issues des collections du Louvre et, dans une présentation transversale, accueillera des expositions temporaires de qualité internationale, complétées par des expositions-dossiers. 
C'est un défi pour le Louvre qui doit renouveler son rapport au public et ses méthodes d'accueil. L'expérimentation pédagogique prendra une place importante dans l'antenne, qui sera un lieu véritable de démocratisation culturelle. 
L'antenne du Louvre à Lens, c'est aussi un projet de création architecturale de grande ampleur et de développement urbain, capable de transformer durablement la physionomie de la ville et de constituer un pôle de développement et d'échanges inter-européens économiques, culturels, et touristiques au carrefour de l'Europe. Le Louvre à Lens est un très beau défi qui nous engage tous.
Henri Loyrette
© Musée du Louvre
Présentation générale
La création du Louvre-Lens est une réponse originale et ambitieuse aux deux missions prioritaires assignées par le Ministre de la culture et de la communication à ses
établissements culturels :
- la décentralisation culturelle : le choix du site de Lens constitue une fantastique opportunité
de donner un nouvel essor à la région et de dynamiser son développement culturel.
- la démocratisation culturelle : l'objectif est de promouvoir une « culture pour tous » et, dece point de vue, l'accessibilité (physique et intellectuelle) à tous les publics sera une priorité.
Le défi est audacieux et sera relevé grâce à une mobilisation de l'État et des collectivités :
- la mobilisation autour de ce projet est mondiale : plus de 120 candidats se sont présentés, parmi les plus prestigieux, venus des 4 coins du monde (Europe, Etats-Unis, Japon…).
- tous les partenaires de l'opération (Union Européenne, État, Région, département, communauté d'agglomération, ville de Lens, Louvre) travaillent en parfaite harmonie, de façon exemplaire : la signature de ce protocole concrétise cette union sacrée de tous au service de l'intérêt général et de la culture.
Ce projet est à la fois un défi et une chance pour le Louvre. Un défi parce qu'il s'agira de faire progresser l'accès à la culture par un renouvellement des méthodes. Une chance parce que les oeuvres d'art seront présentées d'une façon entièrement repensée, dans un lieu nouveau et adapté : ce sera une formidable source d'expérimentation et d'inspiration pour le Louvre.
Le contenu culturel sera entièrement novateur : le Louvre-Lens sera un « musée d'art et d'essai » qui proposera un regard nouveau sur les oeuvres d'art.
Appuyée sur le constat que la découverte et l'appropriation ne se font pas de la même manière pour tous et sur la conviction que l'accès à la culture est à la fois facteur de lien social et outil de construction personnelle, la pédagogie diversifiera les approches : visites-conférences et ateliers voisineront avec des initiations par l'expression artistique…
Le protocole signé ce 12 mai sur le site de Lens confirme les engagements pris par les différents partenaires :
- l'engagement financier des collectivités locales et de l'Europe :
- 117 millions d'euros minimum de dépenses d'investissement (60% Région, 10% département, 10% commune et communauté d'agglomération, 20% Fonds Européen
de Développement Régional)
- 12 millions d'euros de dépenses de fonctionnement (60% Région, 10% département, 10% commune et communauté d'agglomération, 20% ressources propres)
- l'engagement du Louvre sur la définition d'un projet scientifique et culturel : le musée du Louvre apporte une sélection d'oeuvres, mêlant chefs d'oeuvres reconnus et découvertes, un savoir-faire, une capacité d'organisation d'expositions internationales et des compétences en matière de politique des publics.
- la maîtrise d'ouvrage du projet incombe à la région Nord/Pas de Calais, en relation étroite de partenariat avec le musée du Louvre
Mi-juillet, les 6 équipes sélectionnées remettront leur dossier. Vers la mi-septembre, le jury se réunira pour décider du lauréat. Une grande fête républicaine se tiendra fin septembre sur le site pour marquer le lancement de la phase opérationnelle du Louvre-Lens et présenter le lauréat du concours d'architecture.

Projet culturel du Louvre-Lens
La vocation assignée au Louvre-Lens par Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, ne peut en aucun cas être réduit à l'expression même renouvelée d'une politique de dépôts d'oeuvres d'art. Il s'agit avant tout d'envisager le fonctionnement d'un grand musée adapté à l'époque actuelle. Un musée repensé dans toutes ses composantes et dans tous ses rôles, artistique, social et éducatif.
Le Louvre-Lens sera une collection procédant d'une sélection d'oeuvres venues de tous les départements du Louvre et les redéploiera selon les principes classiques et intangibles. En ce sens, ce ne sera pas une « antenne », comme on l'a dit trop souvent, qui n'aurait avec le Louvre qu'un rapport distant et formel.
Le Louvre-Lens sera au contraire un département expérimental du Louvre, une sorte de « musée d'art et d'essai » qui proposera un nouveau regard sur les oeuvres d'art. Le Louvre-Lens, ce sera le Louvre même, dans toutes ses facettes, dans toutes ses missions, porté par toutes ses équipes, attentif au terrain - géographique, culturel, sociologique - soucieux de s'insérer dans un réseau régional, dense et structuré. Plutôt qu'un bâtiment historique ou un palais imposant, le choix retenu est celui d'un territoire neuf, d'une architecture facilement accessible, proche du terrain et ouverte sur la nature.
Au parcours obligé et strictement balisé d'un bâtiment uniforme et sans surprise, on préférera celui aléatoire, à travers différents espaces, tantôt indépendants, tantôt regroupés et distribués le long d'une rue. Au musée qui dissimule ses coulisses, qui cache ses réserves et ses espaces techniques, on préférera le musée qui se montre dans tous ses aspects, qui rend ses réserves visibles et visitables, qui peut conduire en public une restauration, qui insiste donc sur la transparence et l'ouverture et qui, ce faisant, exalte les diverses activités et les divers métiers qui le composent.
Le Louvre-Lens présentera, sur une surface de 5 000 m², des oeuvres importantes du Louvre, suivant deux modes de présentations conçues pour susciter au maximum
l'intérêt des publics :
- 3 000 m² minimum de « présentations renouvelées », regroupant chefs d'oeuvres reconnus et découvertes provenant des 8 départements du Louvre (peintures, sculptures, objets d'art, antiquités grecques et romaines, antiquités égyptiennes, antiquités orientales, arts graphiques et arts de l'Islam). Les collections seront présentées de façon transversale et pluridisciplinaire, abolissant les frontières qui structurent actuellement les 8 départements du Louvre. Une des vocations du Louvre-Lens est de recomposer temporairement ce qui est actuellement dispersé et de donner une vue compréhensive, impossible aujourd'hui dans les musées classiques, sur un moment de l'histoire de l'art (la Renaisssance, le Baroque…) ou une civilisation (Alexandrie…) Les oeuvres seront renouvelées par sections tous les 2 ou 3 ans.
- près de 2 000 m² d'expositions temporaires, d'une durée de 3 à 6 mois. Ces expositions, de dimension internationale, présenteront des oeuvres issues du Louvre, mais aussi d'autres établissements français et étrangers.
Le Louvre-Lens sera un instrument de la politique d’éveil et d'éducation artistique. Le projet insistera sur l'éducation du regard et l'apprentissage de l'oeuvre d'art, pour prendre en compte les difficultés des publics d'aujourd'hui. D'où l'importance de la médiation qui ne saurait être plaquée au dernier moment mais pensée dès le début, et dans tous ses dispositifs possibles. Les oeuvres du Louvre exposées au Louvre-Lens retrouveront ainsi une expression nouvelle.
Sources : http://www.culture.gouv.fr/
L’Office de Tourisme Artois-Gohelle vous propose des circuits découverte en autocar « De la Mine au Louvre ».
A travers différents éléments du patrimoine minier de l’agglomération Lensoise vous découvrirez, dans l’horizon des
chevalements et des terrils, l’incroyable reconversion d’un territoire façonné par l’épopée minière qui accueillera
le Louvre 2 en 2009 - 

   Tarif plein : 2 € - Tarif réduit : 1 €  (durée de la visite 2h)

Réservation indispensable à l’Office de Tourisme      www.ot-lenslievin.com   ou tél : 03 21 67 66 66

Le Louvre à Lens...

Site futur LOUVRE-LENS ©nordmag
Vue partielle du site du futur "LOUVRE-LENS" : le  « 9 de Lens », dit « Fosse Théodore BARROIS »

Jeudi 12 mai 2005, le ministre de la culture Renaud Donnedieu de Vabres a présenté à Lens les six cabinets d'architectes en lice pour la construction de l'antenne locale du musée du Louvre. 
Après une sélection entre 120 projets,  les équipes d’architectes 
retenues  sont au nombre de six :
- Jérôme De Alzua Architecture (Lille) www.dealzua.com
- Rudy Ricciotti (Bandol)
- Lacaton et Vassal Architectes (Paris)
- SANAA - Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa (Tokyo)
- Zaha Hadid Architects (Londres)
- Steven Holl Architects (New York)
"Votre mission est l'une des plus passionnantes du XXIe siècle (...) Vous allez bâtir ici un nouveau musée, ouvert sur la ville et la vie des Lensois", a lancé aux architectes le ministre, lors de la présentation au stade Félix-Bollaert.

Le site du futur Musée est  situé en centre ville sur un ancien carreau de mine d’une superficie d’une vingtaine d’hectares  avec en fond deux terrils  parmi les hauts d'Europe. Le cahier des charges prévoit 3.000 m2 minimum de "présentations renouvelées" des collections du musée, et de près de 2.000 m2 d'expositions temporaires. L'ensemble du bâtiment devrait faire 22.000 m2.
Le coût de l’opération est évalué à 117 millions d’euros. 60% seront financés par le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais, 20% par le Fonds européen de développement régional (Feder), 10% par le département, 10% par la Ville et la communauté d'agglomération.
Calendrier prévisionnel
Juillet 2005 : dépôt des réponses des candidats sélectionnés
Août 2005 : Remise des maquettes 1/200e et de la simulation en 3D
Septembre 2005 : choix du lauréat
Octobre 2005 : commencement des études
Début 2007 : démarrage des travaux
Octobre 2008 : livraison du bâtiment
Printemps 2009 : ouverture du musée... 

 

Photo Francis BOCQUET

a suivre...
 

Accueil | Sommaire | Culture | Patrimoine | Histoire | Nature | Dossiers | Liens | Translate | Plan | Carte | Contact
Copyright © 2000-2016 Nordmag Tous droits réservés.