Nordmag , votre magazine région Nord 

=> Nouveau site


 

 

 

La Chartreuse
du Mont Sainte-Marie
à Gosnay

 

Chartreuse Mt St Marie Gosnay Album de Croy

Historique rapide de la Chartreuse du Mont‑Sainte‑Marie de Gosnay : Gosnay, petite seigneurie du Béthunois, sort de l'anonymat au début du XIVème siècle, grâce à deux personnages historiques bien connus (et héros de la série de livres Les Rois Maudit écrits par Maurice Druon, et diffusés en série télévisée), Thierry d'Hireçon et Mahaut d'Artois. Thierry, dont la vie bien remplie mériterait une étude complète, est le conseiller privé de Mahaut, comtesse souveraine de l’Artois, petite‑nièce de Saint‑Louis. Futur évêque d’Arras,Thierry achète la seigneurie de Gosnay et la dote d'édifices qui vont lui donner son importance et sa notoriété. Grâce à ce programme de construction, Gosnay a désormais un château en 1305, un hôpital en 1320, une chartreuse d'hommes, le Val‑Saint‑Esprit, en 1320 également, et, enfin, une chartreuse de femmes, celle du Mont‑Sainte‑Marie en 1329, que Mahaut d'Artois achèvera après la mort de Thierry dont elle est l'exécutrice testamentaire.

Les premières moniales vinrent de Salettes (Isère) en 1329, alors que l'église ne fut achevée qu'en 1341. Bien qu'ayant connu des débuts trés difficiles, Mont Sainte-Marie contribua rapidement au développement de l'Ordre. C'est ainsi qu'en 1346, six moniales de Gosnay, originaires de Bruges, allèrent fonder la nouvelle communauté de Chartreuses " Sainte Anne au désert " à Bruges. L'Ordre des Chartreux n'a jamais compté plus de cinq maisons de moniales simultanément, que l' on appelait par ailleurs " les cinq plaies de l'Ordre ". Il s'agissait des maisons de Prémol, Mélan, Salettes, Bruges et Gosnay.

La maison a accueilli de nombreuses filles de grandes familles locales et bénéficia aussi des largesses de nombreux donateurs dont les plus connus furent Philippe le Long, Philippe le Bon, Isabelle du Portugal et Charles le Téméraire.

L'ordre des Chartreux connaît à cette époque une expansion considérable, mais les chartreuses de femmes restent très rares (5 au XVllème siècle, 4 au XVII lème, dont la «fille» de Gosnay : Sainte Anne de Bruges, fondée par les  religieuses du Mont‑Sainte‑Marie en 1346). Gosnay est, et restera,l'exemple unique en Europe d'un village accueillant deux maisons du même ordre sur son territoire.
Du XIVème au XVlllème siècle, la Chartreuse du Mont‑Sainte‑Marie connaît des périodes de prospérité (le couvent est riche et protégé par le pouvoir et les grandes familles régionales), des épisodes de grands travaux (agrandissement du cloître au XVllème siècle par exemple), des modifications de l'espace conventuel (édification de nouveaux bâtiments au XVlllème), des vicissitudes 'historiques (les 7 années difficiles de la conquête française au XVllème siècle par exemple), ou des difficultés économiques (la banqueroute de Law)‑ Mais la Révolution Française marque la fin de cette histoire religieuse :
     En 1792, la communauté est chassée. Le 27 juin 1794, la 29ème et dernière Prieure est guillotinée à Arras. Les bâtiments sont vendus comme biens nationaux et transformés par l'acheteur, le citoyen Jean‑Baptiste Taffin, en exploitation agricole, ce qui explique certaines transformations importantes comme la disparition de l’église.  
     En 1899, la Compagnie des Mines de Bruay en  devient propriétaire et transforme les bâtiments restants en logements ouvriers.
     En 1976, Les Houillères pensent se défaire des défaire de leur patrimoine et projettent de détruire le Mont‑Sainte‑Marie, sauvé par des habitants de Gosnay  quelques temps plus tard par l'inscription de l'ensemble du bâti à l'inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.

Après des années de difficultés, de dégradation, de vandalisme et d'inquiétude  de voir disparaître un lieu unique et chargé d'histoire, symbole de l'évolution historique de la région du Moyen‑Âge à l'époque contemporaine , nous pouvons aujourd'hui croire en un renouveau de la Chartreuse du Mt St Marie.

 
Les fouilles archéologiques - l'intervention archéologique sur le site la Chartreuse du Mont Sainte Marie à Gosnay
Témoin historique unique et exceptionnel, la Chartreuse du Mont Sainte Marie fait l'objet d'une importante campagne de recherche archéologique depuis novembre 1997, menée par la Faculté d'histoire et géographie de l'Université dArtois.
     Les premiers sondages, autorisés par le Service Régional d’Archéologie ont été réalisés à partir de cette date, et ont été suivis dès 1999 par l'octroi d'une autorisation de fouille programmée pendant les quatre années suivantes. Malheureusement, l'été 2002 est aussi l'époque de la dernière intervention de l'équipe archéologique sur le terrain, la sécurité des fouilleurs comme celle des fouilles n'étant plus assurée.
 Gosnay  Chartreuse Mt St Marie    Aujourd'hui, grâce à l'engagement de la Communauté d’Agglomération, les fouilles reprennent, suite à la signature, au printemps 2005,d'une convention entre Artois.Comm et l'Université dArtois.
     Les résultats des premières campagnes de fouille (1997 2002) Afin de déterminer l'emplacement des premiers sondages archéologiques, dont le but était d'identifier et retrouver les plans de la Chartreuse aux diverses périodes de son évolution, nous ne possédions que deux éléments. Le premier est iconographique et peu fiable : une peinture tirée des Albums de Croy, réalisée vers 1611 ; le second est architectural : les bâtiments encore en place aujourd'hui sont les témoins restants des différentes phases de construction.
    Cinq campagnes successives de fouilles ont permis de mieux connaître la Chartreuse du Mont Sainte Marie au fil de son histoire.
Ainsi, dans un premier temps, nous avons pu déterminer les dimensions de l'église médiévale, dont seule subsiste la façade intérieure, de style gothique, qui domine actuellement le site. La nef et le choeur se trouvent aujourd'hui sous la route qui traverse l'ensemble et sous le « parking » actuel.
     Mais c'est surtout le grand cloître primitif qui est l'objet privilégié des recherches archéologiques pendant les premières campagnes de fouilles. Vaste espace herbeux aujourd'hui, il était, du XIVème siècle au début du XVlllème siècle, le lieu de vie de l'importante et riche communauté religieuse. De construction soignée et bordé primitivement d'une galerie, il forme un vaste quadrilatère au nord de l'église.
     Le bâtiment nord est a été particulièrement bien étudié et a permis de clarifier les différentes phases de construction et de remaniement successifs de l'ensemble des bâtiments du cloître entre le XIVème et le XVllème s. Les éléments les plus spectaculaires mis au jour sont des caves voûtées, un réseau de canalisations, quelques niveaux de sols en place, et un important foyer faisant sans doute partie de la cuisine médiévale.
     La fouille est assez pauvre en objets, car le cloître n'a pas été détruit par la guerre ou l'incendie; mais démantelé volontairement afin d'en construire un plus « moderne » au début du XVlllème siècle: beaucoup d'éléments ont donc été réutilisés. Mais quelques belles céramiques et d'intéressants carreaux de pavage historiés ont été conservés.

La fouille de l'été 2005 - L'ancien parking de la Chartreuse du Mont Sainte Marie, a, aujourd'hui, laissé la place aux truelles et aux pinceaux experts des archéologues, des étudiants en histoire et en archéologie, ainsi qu'à des bénévoles passionnés. Dès la fin mai, un décapage réalisé à la pelle mécanique a permis de découvrir les restes de deux bâtiments disparus, venant agrémenter un peu plus l'extraordinaire site de la Chartreuse.
     Les chartreuses de femmes, extrêmement rares, sont très mal connues. II n'existe aucun plan de celle de Gosnay, et l'intervention archéologique est une occasion unique d'étudier le cadre de la vie monastique de ces religieuses depuis la fondation du couvent en 1328.
     Cette année. le champ d'étude est concentré sur la partie la plus ignorée du site (invisible à cause de la perspective, sur la peinture d'Adrien de Montigny dans les Albums de Croy), l'église et les bâtiments attenants. La fouille actuelle a mis au jour un bâtiment reliant la porterie au choeur de l'église, ainsi qu'un second, parallèle, qui pourrait bien former un deuxième cloître. La poursuite de la fouille confirmera ou non cette hypothèse.

La fouille actuelle permet également de préciser l'existence du patrimoine industriel de notre région en dévoilant quelques aspects des transformations imposées par la Compagnie des Mines de Bruay au début du XXème siècle. Pour l'instant, le matériel trouvé ne se distingue pas par sa quantité, mais par sa qualité, comme les nombreux fragments de vitraux colorés à motifs de palmettes, datables du XVème siècle. La fouille s'interrompra en septembre, mais le travail des archéologues ne s'arrêtera pas là : il faudra exploiter les données récoltées et étudier plans, relevés et objets, dans le but de mieux comprendre et faire apprécier la Chartreuse du Mont Sainte Marie. C'est donc une histoire à suivre...
Anthony BYLEDBAL & Martine VALDHER

 
Archéologie : Site de l'Association Mahaut d'Artois :  www.mahaut-artois.org
 Artois Comm

La Chartreuse des Femmes va revivre ! ArtoisComm a décidé d'acquérir les bâtiments et terrains afin de stopper sa dégradation et de lui donner un nouvel avenir.
Des architectes et des urbanistes de l'agence Groep planing travaillent pour faire des propositions de réhabilitation. Déjà plusieurs pistes sont explorées, le maintien de logements sociaux destinés aux locataires actuels, des logements traditionnels pour amener une population nouvelle, de l'hébergement touristique style gîte. La Chartreuse a une histoire qui va de la période médiévale à aujourd'hui. Ce fut une grosse exploitation agricole au 19 ième siècle puis un coron minier. Elle concentre toutes les activités humaines qui ont fait la force de notre région. Et son architecture en est témoignage. Pour expliquer cette histoire un bâtiment sera transformé en centre d'interprétation. Les archéologues qui fouillent actuellement Ce site y présenteront le résultat de leurs recherches. Ainsi nous pouvons mieux comprendre comment on vivait dans la Chartreuse. Des locaux pourront aussi i être mis a disposition des associations d'habitants ou pour y installer des services et des entreprises. Mais la Chartreuse revit déjà. Les Rendez‑vous Cavaliers organisés par Culture Commune avec notre soutien ont permis de faire découvrir à un nombreux public des spectacles émouvants. Nombreux sont ceux qui ont été impressionnés par l'attrait de la Chartreuse. C'est pourquoi nous avons voulu, chaque année organiser La Fête de la Chartreuse. ..
 
Alain Wacheux,
Président Artois Comm    Daniel Boys, Vice‑président au développement culture Artois Comm.

Gosnay Chartreuse  Mt St Marie
Source : Chemin Faisant, le journal de la Chartreuse des Femmes à Gosnay

 

 
Roger Potier : Historique détaillé du patrimoine de Gosnay http://perso.wanadoo.fr/gosnay/
 
 
=> retour page "Gosnay" => archives et légende
 
 

Accueil | Sommaire | Culture | Patrimoine | Histoire | Nature | Dossiers | Liens | Translate | Plan | Carte | Contact
Copyright © 2000-2016 Nordmag Tous droits réservés.